En vue d’étendre leur zone d’influence : Les groupes armés s’emparent de Boulkessi dans le Mondoro

La localité de Boulkessi située dans le Mondoro vient à son tour d’être annexée le week-end dernier par les groupes armés.

Des combattants du MNLA, du HCUA et du MAA ont été aperçus en plusieurs endroits de la ville. Ainsi, le mouvement arabe de l’Azawad (MAA) a érigé deux check points dont l’un à l’entrée de la ville et l’autre vers la sortie. Le HCUA de son côté contrôle toute la ville. Alors que le MNLA a installé son quartier général dans l’enceinte de l’école publique.   La zone de Boulkessi en allant vers le Mondoro et la ville de Léré ont toujours fait l’objet de persécution de la part des différents groupes armés. Des forains sont parfois dépouillés de leurs biens et certains battus à mort. Des éleveurs sont régulièrement agressés par des hommes armés. Une situation qui avait maintes fois suscité le risque d’un conflit intercommunautaire entre les Peuls et les Touaregs qui cohabitent dans cette localité.

Les combattants du HCUA, du MAA, du MNLA, qui ont occupé la ville sont rentrés du côté du Burkina Faso, c’est-à-dire, à la frontière entre le Mali et ce pays.

L’occupation de cette partie dénote de la politique de maillage territorial entreprise par les groupes armés depuis leur succès militaire du 21 mai dernier à Kidal.

On se rappelle que lors des affrontements douloureux survenus dans la huitième région administrative, plusieurs localités abandonnées par les militaires maliens avaient été aussitôt reprises par le MNLA et ses alliés jihadistes. Ainsi ces localités sont passées sous le contrôle des groupes armés. Kidal qui constitue pourtant l’une des zones de forte concentration des Touaregs ne serait plus la seule région visée par les séparatistes.

A Gao, la situation reste toujours explosive en dépit d’une modification du dispositif sécuritaire. La ville de Ménaka connait une situation de mi – paix, mi-guerre. Une bonne partie de la ville serait sous possession du MNLA, les militaires étant toujours retranchés chez les casques bleus. A Ménaka, le drapeau national a pratiquement disparu.

Partout où ces hommes armés passent, ils arrachent le drapeau malien pour le faire ensuite remplacer par celui de la fantomatique république de l’ » Azawad « . Comme ce fut le cas, il y a de cela quelques jours, à Djebock où les groupes armés ont hissé leur drapeau en lieu et place de celui de notre pays.

Les autorités militaires ont l’obligation nécessaire de stopper cette occupation de l’espace par ces bandes armées avant qu’il ne soit trop tard. L’objectif auquel ceux-ci veulent aboutir est d’arriver à la table des négociations dans une position de force avec plus de localités sous leur emprise. Toutes choses qui leur permettront d’en imposer et de revendiquer davantage pendant les pourparlers.

ABDOULAYE DIARRA

Top