Levée de boucliers des déguerpis : Un casse-tête pour le Premier ministre Oumar Tatam Ly

Répondant à l’appel lancé par l’Association dénommée « Convergence Malienne contre les Accaparements des Terres (Cmat) », une foule nombreuse de personnes, victimes des déguerpissements des différents sites de Bamako et non encore recasées, s’est rassemblée devant la Bourse du Travail à Bamako-Coura, hier lundi 31 mars 2014. Le but de ce rassemblement était d’organiser une marche sur la Cité Administrative, près du Monument « la Colombe de la Paix ».

Il avait été annoncé qu’une fois arrivée à cette destination, les marcheurs établiront devant la Cité Administrative ce qu’ils ont convenu d’appeler « 4 villages sans-terres » et y camperont le temps qu’il faut. En tout cas jusqu’à l’obtention d’une réponse claire et écrite à leurs différentes doléances.

Cette action, aux dires des responsables des déguerpis, résulte du fait que malgré les multiples démarches et actions pacifiques, et aussi les nombreuses interpellations auprès des autorités à tous les échelons, rien ne bouge. Au contraire la situation va de mal et en pis.

RECULER POUR MIEUX SAUTER

Pour atteindre son objectif, la Convergence Malienne contre les Accaparements des Terres (Cmat) a opté pour la stratégie du « reculer pour mieux sauter ». C’est pourquoi la marche a été reportée. Le calendrier du Premier ministre Oumar Tatam Ly expliqueait ce report, puisque le chef de l’exécutif que les marcheurs tiennent coûte que coûte à rencontrer était en déplacement hors de Bamako hier lundi. Les responsables de la convention se préparent à le rencontrer en principe aujourd’hui mardi pour des échanges qui devraient porter essentiellement sur le rapport final de la commission ad-hoc qui est bloqué à son niveau.

Si la rencontre d’aujourd’hui vient à échouer, les déguerpis qui sont estimés à des milliers de familles promettent de mettre leur menace à exécution, en se transportant tout simplement à la Cité Administrative où sera installé le « village sans terres ».

En attendant la rencontre avec le Premier ministre Oumar Tatam Ly, les manifestants ont décidé de passer 48 heures dans l’enceinte de la Bourse du travail où ils sont installés dans des abris de fortunes. Assis à même le sol, certains affichent un visage de désolation, mais reste déterminés dans la lutte jusqu’à la satisfaction de leurs doléances.

La Convergence Malienne contre les Accaparements des Terres (Cmat), dont l’un des responsables a été brièvement interpellé, hier par la police du 1er arrondissement, a érigé des tentes qui serviront d’abris a ses militants mobilisés.

Laya DIARRA

Top