Madani Tall à cœur ouvert : « Un rebelle à la commission défense de l’Assemblée Nationale, ça me dérange »

Madani Tall, ancien conseiller du président Amdou Toumani Touré, non moins président du parti Avenir pour le Développement du Mali (Adm), a rencontré la presse, hier dans le cadre de la traditionnelle causerie qu’il a instaurée avec les médias.

Avec ses interlocuteurs, le candidat malheureux aux dernières élections législatives dans la circonscription électorale de Tombouctou a fait un large tour d’horizon de l’actualité brûlante.

Depuis la fin du scrutin législatif 2013, Madani Tall s’était fait discret, toute chose dont il n’avait pas l’habitude au plus fort de la crise qui a secoué le pays.

Après le coup d’État du 22 mars 2012, et pendant l’occupation des trois régions par des groupes armés, l’ancien conseiller d’ATT s’était montré très prolixe. Avec des contributions de taille, il n’hésitait pas à alimenter régulièrement les débats au Mali. Mais après les élections législatives, le candidat ayant été battu à plate couture dans la ville de Tombouctou, est devenu taciturne jusqu’à cette causerie du mardi soir.

“C’est vrai que depuis l’élection d’IBK, je n’ai pas parlé; or pendant la crise j’étais très prolixe”, a reconnu le Président de l’Adm. Puis, de son regard vif, l’ingénieur reconverti à la politique a exprimé sans détours ce qu’il pense de la République.

Cet échange avec Madani Tall était axé sur deux points : le cas Kidal qui se présente comme une arrête dans la gorge des maliens; le panier de la ménagère. Situation socio économique actuelle oblige.

L’ancien conseiller à Koulouba a ainsi esquissé des pistes de solutions possibles pour une résolution du problème de Kidal. Au nombre des solutions possibles qu’il propose, il y a ce qu’il appelle l’option cynique. Car, de l’avis de Madani Tall, les motivations des mouvements armés sont des revendications corporatistes.

Aussi, le président Madani Tall s’interroge-t-il sur l’agressivité de la diplomatie malienne. “On ne sent pas la diplomatie malienne”, regrette Madani Tall. Il a également déploré le problème de mal gouvernance.

L’ancien conseiller à Koulouba a saisi l’opportunité pour jeter un regard critique sur le Gouvernement actuel, surtout sa taille et aussi le chevauchement qu’il y a dans les attributions  de certains ministères. “Par rapport au Gouvernement, il y a des Ministères sans objet”, a déclaré Madani Tall.

Au cours de cette causerie, il a été abordé la question de la lutte contre la corruption, qui semble être une priorité pour le Président IBK. A ce propos Madani Tall a sa conviction. Pour l’ancien conseiller du Palais de Koulouba, en effet, la négligence fait plus de dégâts que la corruption. “Elle fait plus de tort dans notre société”, a déclaré Madani Tall.

“Mon ambition c’est de devenir Président de la République un jour, si Dieu le veut..”, a déclaré le président du parti Adm qui ne manque pas non plus de prodiguer de sages conseils au premier magistrat de la République.

“IBK doit comprendre le peuple”. Il s’étonne par ailleurs de la présence d’un rebelle au sein de l’Assemblée Nationale: “un rebelle  à la commission défense de l’Assemblée Nationale, ça me dérange”.

Laya DIARRA

Soir de Bamako

Top