Utile exercice démocratique

Après le rejet de la motion de censure déposée par l’opposition, le président de l’URD Soumaïla Cissé a livré ses impressions à la presse. Le député élu à Niafunké a d’abord relevé que pour lui, la démocratie n’est pas bien comprise, comme le montrent les débats. Le fait de l’opposition n’est pas accepté par la plupart des députés de la majorité. Ce qui de son point de vue est dommageable. Le but de la motion de censure, pense-t-il, c’est d’emmener le débat à l’Assemblée nationale pour que l’ensemble des citoyens comprenne que nous nous préoccupons tous de ce pays. Soumaïla Cissé rappelle qu’il y a peu, il a été reproché aux députés, de tout accepter de l’exécutif et de ne rien dire. Il ne comprend donc pas qu’aujourd’hui il leur soit reproché de ne pas être d’accord avec le gouvernement. « Comme si tout le monde devait être derrière le président. On peut être dans l’opposition et aimer ce pays. Nous n’acceptons pas les dérives», soutient-il, non sans ajouter qu’un jour l’histoire donnera raison aux opposants.

Les élus de l’opposition qui ont choisi de s’y inscrire vont continuer le combat pour la démocratie et le bien de ce pays. Ils étaient dans leur rôle et ce qu’ils viennent de faire était prévu par la Constitution et le règlement intérieur, a ajouté l’ancien candidat à la dernière présidentielle.

Mahamadou HawaGassama, élu à Yélimané est autre une figure de l’opposition. Ses interventions en langue nationale suscitent beaucoup de commentaire. Pour lui, on savait d’avance que la motion allait être rejetée à cause de la très grande majorité  du camp d’en face. « L’important c’était de susciter le débat. C’est déjà ça », assure-t-il. Pour lui, la situation du pays est telle qu’il faut faire quelque chose. « Nous avons joué notre rôle. Vous avez entendu le Premier ministre. Il était loin de dire la vérité. Nous avons pris acte. Une précision : il n’est pas question de faire comme par le passé, en se taisant. Cela a été reproché aux élus des législatures passées. On ne nous prendra pas à ce jeu».

Mahamadou HawaGassama n’est pas du tout d’accord avec le gouvernement au sujet de l’avion acquis sous l’ancien président de la République, ATT, sur l’achat d’un nouvel avion présidentiel, les dépenses extrabudgétaires, l’école, la situation à Kidal. Il n’a pas non plus apprécié la formule choc du Premier ministre qui a déclaré « je ne démissionnerai pas », en réponse à une invitation du député élu à Yélimané à démissionner. Mahamadou HawaGassama dit prendre acte de cette déclaration.

Issa Togo est député élu à Koro. Il est président du groupe parlementaire ADEMA-PASJ qui est de la mouvance présidentielle. Lui, estime que  c’est le rôle de l’opposition de s’opposer, de déposer une motion de censure. C’est à la majorité présidentielle de savoir y faire face. Et c’est ce qui s’est passé, sans difficulté. Pour lui le pays vient de loin et le gouvernement est là depuis très peu de temps pour lui demander de démissionner. Ce serait un retard et un recommencement s’il faut former une nouvelle équipe. Les programmes de développement en prendraient un coup, les négociations avec les groupes armés aussi. C’est pour toutes ces raisons qu’il fallait rejeter la motion. Il pense que le débat était d’un niveau moyen.

Top